État de la vaccination en Europe

Obligation ou recommandation, qu’est ce que ça change ?

Image for post
Image for post

Alors que le sujet est omniprésent depuis quelques mois en France et le passage à 11 vaccins obligatoires en janvier, il est légitime de vouloir comparer notre situation avec nos voisins Européens* (+ USA et Canada).

Parmis les 11 vaccins obligatoires en France :

Parmi les autres vaccins recommandés en Europe :

Obligatoire ou recommandée, la vaccination en Europe est donc très similaire entre tous les pays, basée sur un “noyau dur” des 11 vaccins obligatoires en France. Sont absents des recommandations : le pneumocoque en Italie et le méningocoque C en Norvège, Roumanie, Suède et USA. A noter que le vaccin contre le rotavirus (pas obligatoire en France mais souvent réalisé) est aussi majoritairement pratiqué, dans 9 pays sur 15. La France n’est donc pas sur un schéma unique mais suit totalement la ligne directrice européenne — seule la question de l’obligation diffère.

Tableau récapitulatif des vaccinations en Europe*, par maladies :

Tableau des vaccinations en Europe*, par pays :

Obligation ou recommandation : un débat utile ?

L’obligation (Italie et Pologne en 2017, France en 2018) est perçue comme un passage en force pour les populations défiantes. En Italie, en pleine campagne pour les élections générales du 4 mars 2018, le débat sur les vaccins tient une place majeure dans les divisions politiques en étant devenu le symbole de la lutte contre le pouvoir en place. En France, le débat est fort depuis plusieurs mois entre pro-vaccins, anti-vaccins et pro-vaccins mais anti-obligation. La rentrée scolaire 2018 sera une période clef pour analyser l’acceptation de cette nouvelle obligation par la population.

Pourtant la différence entre une vaccination obligatoire et recommandée est essentiellement lexicale. Aux Pays-Bas, ou dans les pays nordiques, il n’y aucune obligation et les taux de couvertures vaccinales sont excellents. Est-ce simplement une question de mentalité ? Ou bien le fruit d’une meilleure politique d’éducation mise en place depuis plusieurs années, basée sur une meilleure organisation et des outils adaptés ?
En Allemagne, il n’y a pas de caractère obligatoire, pourtant les crèches, garderies et maternelles doivent signaler les parents refusant de vacciner leurs enfants.

En France, la décision de passer aux 11 vaccins obligatoires est le résultat d’une concertation citoyenne (2016). Confiée à un comité indépendant et pluridisciplinaire (composé de représentants de la société civile et des usagers, de professionnels de santé et de chercheurs en sciences humaines et sociales), elle a pour but de détailler des propositions pour rétablir la confiance et l’amélioration de la couverture vaccinale.
Pour faciliter le recours à la vaccination, la moitié du comité proposera de lever le caractère obligatoire (“les gens se sentiraient moins contraints”). Pour l’autre moitié, il faut renforcer le caractère obligatoire, l’inverse risquant de faire baisser la couverture vaccinale (“les gens percevraient dans cette levée de l’obligation une moindre importance du vaccin”).
Six mois plus tard, le comité préconisera un élargissement temporaire du caractère obligatoire des vaccins.

Avec seulement 2 autres pays ayant opté pour une obligation (Italie et Pologne en 2017), nous n’avons aucun recul pour affirmer que le caractère obligatoire augmentera le taux de couverture vaccinale. Une étude européenne de 2016 conclut ainsi sur l’impossibilité de confirmer un impact de l’obligation sur le taux de couverture vaccinale des enfants en Europe, suggérant que d’autres facteurs que les politiques vaccinales et l’hésitation de parents pourraient entrer en jeu (gratuité, facilité à accéder à l’acte vaccinal, formation des médecins, communication…).

Le cas de la France est inédit en Europe : alors que à la fin des années 90, 90% des français étaient convaincus de la nécessité des vaccins, ce chiffre est tombé à 60% en 2015. N’est-ce pas contre-productif, voire contre-intuitif, de rendre obligatoire les vaccins sur une population aussi défiante ?

Ce passage aux vaccins obligatoires semble plus être une mesure passée en catastrophe que le véritable dénouement d’une stratégie mise en place depuis plusieurs années. Pourtant, le temps est compté. Depuis plusieurs mois, la rougeole refait surface dans de nombreux pays en Europe — inquiétant lorsque l’on sait que cette maladie est toujours la première à réémerger dès que la couverture vaccinale faiblit.

Il est grand temps de repenser la vaccination, de révolutionner complètement l’expérience, et cela doit passer par la mise à disposition de nouveaux outils numériques adaptés. Car oui, en 2018, le carnet de vaccination est toujours papier.

La suite au prochain article : pouvions-nous anticiper la pandémie de rougeole en Europe ?

*Pour simplifier, nous n’avons sélectionné que 13 pays en Europe, ainsi que les USA et le Canada. Source des tableaux de données : European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC).

Founder @ Biloba (bilo.ba)

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store